Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2012

Déshabillez-moi !

C'est son anniversaire aujourd'hui. Eh oui, Juliette Gréco a 85 ans et franchement elle est belle, elle est toujours belle. Elle est magnifique même. Une femme libre. Comme je voudrais bien être !

Juliette Greco

Elle a immortalisé cette chanson : "Déshabillez-moi". Elle prononce les mots comme des bonbons acidulés.
En l'entendant je suis sûre que tout le monde a envie de se déshabiller ou de déshabiller sa partenaire.

 


JULIETTE GRECO - Déshabillez-moi by currerbell

 

 

Viens, déshabille moi doucement, tu sais que j'aime sentir tes grandes mains sur ma peau,
j'aime quand elles m'effleurent,
j'aime quand elles se font douces et me caressent langoureusement,
j'aime quand elles se font rudes et me malmènent fermement mais tendrement,
j'aime quand elles se promènent partout,
j'aime quand elles s'égarent sous le tissu,
j'aime quand elles prennent possession des parties les plus cachées de mon corps,
j'aime quand elles se font fébriles et tentent en vain de déboutonner quelques boutons ou de dégrafer mon soutien gorge,
j'aime quand elles deviennent impatientes et s'affolent,
j'aime quand leur ardeur fait couler ma source sur tes doigts agiles.

 

déshabillez-moi

J'aime aussi quand j'enlève tout rapidement et me présente devant toi dans la tenue d'Eve et que tu me sautes dessus sans attendre.

J'aime aussi quand je me fais mutine et que je te la joue comme Kim Basinger dans 9 semaines et demi.

J'aime aussi quand c'est moi qui te déshabille et découvre ta virilité fièrement dressée et prête à me recevoir.

Et toi, tu aimes quoi ?

 

 

 

10/05/2011

Visions fugitives

extrait...

 

chaise

La femme nue est debout dans ce qui ressemble à un atelier d'artiste, un genou, le droit, reposant sur une chaise longue. Une tenture décorative sur le mur derrière elle.

Elle est complètement nue, le torse un peu tourné vers la droite. Dans sa main gauche, elle tient un miroir où elle se regarde. Du bout des doigts de sa main droite, elle caresse le dessous de son sein gauche, doucement.

sein, main

Elle a des cheveux courts, mal permanentés, le maquillage exagéré et les lèvres rouge foncé d'une soubrette. Très 1920, peut-être un peu plus tôt. De minces épaules de gamine, et une tête qui parait un rien trop grosse pour son corps. Au bas de la photo, quelqu'un a écrit son nom d'une écriture ferme et ronde : Irène Lagut.

 

vélo, garçon, mer

Visions fugitives 

William BOYD

 

 

13:58 Publié dans Livre, Portrait | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femme, nue, miroir, sein, caresse

18/04/2011

Le psy

Un deuil, un déménagement, un chômage, un divorce d'un proche, un mariage d'un autre proche...
Des vies qui se font et se défont.
Et moi au milieu avec le coeur au bord des larmes. J'allais mal. Plusieurs amis m'ont conseillé de voir un spécialiste. J'y pensais sérieusement de plus en plus.

Alors j'ai pris rendez-vous. Enfin !
Carnet plein, testons votre détermination Madame, "rappelez dans un mois"

Bon, ok, je patiente tout en retournant dans ma tête ce que je pourrais bien lui dire à cet homme là. Et puis en ai-je vraiment besoin ? Oui, marre de pleurer toute seule.

Un mois après, je rappelle et j'ai enfin mon putain de rendez-vous ! Qu'il faut encore attendre trois semaines. C'est qu'il se mérite ce bougre là !

Janvier. Premier rendez-vous.

Mais il est pas mal ce psy. Tout à fait mon genre. Il a une alliance ?

Je commence à ouvrir les vannes. J'ai peur de m'effondrer en sanglots. Je ne veux pas.
Pas facile de raconter sa vie à un inconnu. En même temps, si je ne lui raconte rien, ça sert à rien de venir le voir non ?
Bon, allez je déballe... Il va pas être déçu.

Je me rends compte que par moment, mes yeux quittent les siens et partent ailleurs.

Je pense que s'il me dit de prendre un autre rendez-vous c'est que je vais vraiment mal. Ou alors qu'il manque de clients. J'hésite entre les deux options.

Il me dit de prendre un autre rendez-vous. Aie, c'est que j'en ai vraiment besoin.

Et pourquoi j'irai mieux après lui avoir raconté ma vie ?

Lui aussi me raconte des histoires. Il reformule ce que je lui ai dit. Comment j'irai mieux alors que ma situation n'a pas changé ?  Est-ce qu'il m'a fait changer mon regard sur les choses, mon angle de vue ?

J'hésite entre plusieurs choix de vie. J'ai toujours eu du mal à choisir. Ou je sais très bien ce que je ne veux pas ou j'hésite pendant de très longs moments.

Comment sait-on qu'on n'a plus besoin de lui ? C'est lui qui te le dit ou c'est toi qui arrêtes de prendre rendez-vous ?

Il est mignon, je vais continuer à aller le voir encore un petit peu...

 

134103_Psy.jpg

 

 

psy

 

« Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs,
toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes
ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

12:56 Publié dans Mes Histoires, Portrait | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : psy, pleurs, vie