Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2013

Les baisers

BAISER CONTRE UN MUR.jpg
« Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu»   Alfred de Musset

Souvent le premier contact avec un nouvel amant, c'est le baiser. Et là, il ne doit pas se rater.
S'il embrasse "mal", cela laisse présager qu'il sera pas très bon au lit non ?

Les façons d'embrasser sont multiples et variées.

Cette video est très drôle, elle passe en revue quelques baisers comme le bisou, la mitraillette, le porno, le bourré, l'extra-terrestre...
Les démonstrations sont instructives et plutôt insolites.

 

 

 

Il y en a tellement d'autres.
Essayons d'en décrire quelques unes et de répondre à une grave question pour le french kiss : dans quel sens doivent tourner les langues ? de quel côté mettre son nez ?
Le french kiss, c'est le baiser avec la langue. Les deux bouches s'entrouvrent et se collent, les langues se rejoignent. A mi chemin ou l'une va chez l'autre, ou l'autre va chez l'une. On peut alterner les possessions du terrain. Le sens importe peu. Dans le feu de l'action vous n'y penserez plus, suivez votre partenaire ou faites le vous suivre.

Le karcher : je l'ai rencontré un jour et quand il m'a embrassée, j'ai cru qu'il allait m'avaler toute la bouche. Il me l'a ramonée de fond en comble. J'ai eu peur et je n'ai pas donné suite. S'il utilise son sexe comme sa langue, je crois qu'il m'aurait explosé le palais d'amour !

Le baiser de la lèvre : hum, je l'adore celui là...
Mes lèvres attrapent sa lèvre, oui une seule et je l'embrasse, je la suce, je l'aspire, je la lèche, je la mordille, bref je la possède et il craaaaaque !

 

 

baiser, langue, dents

 

Le baiser de l'oreille : s'il m'embrasse le creux de l'oreille, je succombe. Il peut commencer par sucer le lobe mais le summum c'est sa langue qui me pénètre. Ah, je meurs...

Le baiser de l'ange : un effleurement, un souffle, sur les paupières fermées ; la passion dans l'air comme passent les ailes d'un ange.

Le baiser sweet : tu as un bonbon ou un chewing gum dans la bouche, tu embrasses ton partenaire et tu lui donnes ta douceur. C'est cadeau !

Le baiser fougueux : il a envie de te faire l'amour là, très vite. Il te saute dessus et te prend la bouche fougueusement pendant que ses mains te possèdent rapidement sur toutes tes formes rebondies. En un instant il arrive droit au but et tu sais que tu es déjà prête à recevoir ses hommages.

Le baiser du doigt : pendant qu'il te caresse, il met un doigt dans ta bouche que tu suces avec délice, comme si c'était un sucre d'orge ou ... 

Souvent les couples après quelques années de vie commune, ne s'embrassent plus.
Quelle tristesse !

Le baiser fait partie de l'intimité amoureuse et est indissociable de l'acte sexuel.
C'est la première pénétration. Alors n'arrêtez jamais de vous embrasser, chercher ce que l'autre aime et donnez lui de l'amour, encore et toujours.

Et vous, c'est lequel votre préféré ?

 

 

 

09/08/2013

Il fait chaud

 

 

 

Il fait chaud. L'été brûle la peau, le soleil dégouline ses rayons.

 

Même ma petite robe légère colle, mouille, dessine les moindres formes de mon corps.

 

Pas le moindre souffle de vent pour que le tissu s'envole, et pourtant j'ai dégrafé plusieurs boutons.

Ceux du haut, du décolleté, laissent voir le galbe de mes seins. Parfois une goutte de sueur s'égare dans la petite vallée et disparaît.

 

Ceux du bas, du devant de la robe, permettent d'apercevoir mes cuisses veloutées quand je marche d'un pas léger, en écartant légèrement les jambes.

 

Je sens quelques gouttes couler le long de mon dos, atterrir sur le haut de mon slip.

 

Plus rien de sec à tous les étages comme dirait Gainsbarre !

 

 

femme, ventilateur, chemise

 

 


Où est mon ventilateur ?

 

Que le vent ébouriffe mes cheveux comme tes mains quand tu me fais l'amour !

 

Tu n'es pas là et tu me manques.

 

Je dois m'occuper de moi.

Ma main s'égare entre mes jambes.

 

Je pense à toi et mes doigts s'activent sur mon bouton et dans mon jardin d'amour.

 

Les yeux fermés, les images se succèdent et je sens le plaisir monter, monter et d'un coup me submerger.

Vivement que tu reviennes et que nos corps se collent, vibrent et palpitent dans des ébats endiablés !

 

 

 

J'aime l'été.

 

 

(photo internet)

20/05/2013

Divan rouge

 

canape_la_bocca.jpeg

J'ai rendez vous à 16h00, boulevard d'Ornano. Il m'a bien expliqué au téléphone comment trouver l'entrée du bâtiment. Sa voix était chaude et ferme. J'imaginais rencontrer un homme grand, brun, décidé.

 

Fébrile, je sors du métro, station Porte de Clignancourt, et me dirige vers le numéro indiqué. Il m'a donné le code, 1418, c'est facile de se rappeler. Je compose les numéros, la porte s'ouvre. Ascenseur, 5ème gauche. Je sonne.

 

L'immense porte en chêne s'efface immédiatement sur un homme grand, brun, souriant. Encore plus mignon que ce que j'imaginais. Il me fait entrer et ferme rapidement derrière moi. Il me donne son prénom, Philippe et m'ouvre les portes pour me faire visiter.

 

Je rentre dans le salon et me dirige vers la fenêtre. Je sais que ma robe est légèrement transparente et que dans le soleil, elle le sera encore plus et laissera deviner mes formes généreuses.

SILHOUETTE A LA FENETRE.jpg

 

 

J'accentue un peu le balancement de mon bassin pour être sûre de bien capter le regard de Philippe. Arrivée à la fenêtre, je l'ouvre et me penche pour mieux apercevoir la vue. J'en connais un qui ne rate rien du spectacle.

 

Je passe à la chambre un, la chambre deux.
L'appartement est joliment meublé, je me verrai bien vivre ici. Les fenêtres sont larges, le soleil entre à flots.

 

J'arrive au salon. Belle pièce, beau volume. Un beau divan rouge posé en plein milieu semble me tendre les bras. Il a l'air moelleux. Je m'y assois.
Philippe vient s'asseoir à côté de moi.

 

"Alors ça te plaît ? Tu es séduite ?"

 

"Cet appart est spacieux, lumineux, bien agencé. Mais est-il bien insonorisé ?

Tu vois pour moi c'est très important. Il faut que je vérifie que l'insonorisation est bonne parce quand je fais l'amour, je suis un peu bruyante et je voudrais être sûre que les voisins de m'entendent pas.

 

Tu veux bien m'aider à vérifier Philippe ? "

 

Et je pose ma main sur sa cuisse.

 

Il me regarde incrédule l'espace d'une seconde puis ouvre de grands yeux comme s'il venait de gagner à l'euromillions.

 

"T'aider à vérifier ?" , bredouille-t-il ...

 

"Oh mais tout le plaisir est pour moi..."

 

Et il m'enlace, me prend les lèvres avec fougue. Ses bras me serrent fort, je sens son cœur qui palpite. Je crois qu'il est prêt, chaud bouillant le garçon.

 

Pendant que sa langue tourne autour de la mienne, sa main remonte le long de ma cuisse en faisant fi de ma robe, remonte encore jusqu'à trouver ma fleur déjà bien mouillée à travers le tissu qu'il n'essaye pas de contourner, au contraire. Il frotte et appuie comme pour le faire entrer dans mon antre.

 

Ma main aussi a remonté le long de sa cuisse et palpe son membre bien dur à travers son pantalon. Voilà qui promet de belles réjouissances !

 

En un instant Philippe me renverse sur le beau divan rouge, escamote le tissu qui me servait de slip et sa bouche s'empare de mon petit jardin d'amour.

 

Il sait y faire le bougre parce en un instant me voici qui commence à chanter, enfin à ronronner plutôt. Je l'avais prévenu que j'étais un peu bruyante et plus il me fait jouir plus mes cris de plaisir se font entendre dans le bel appartement à louer.

 

Il semble apprécier et joue de mon corps comme d'un instrument de musique. Il me fait vibrer, trembler, et les spasmes de mon premier orgasme viennent récompenser ses caresses.

 

 

EMILIE CHARMY.jpg

 

Je peux enfin libérer sa virilité qui était bien à l'étroit. Mes mains sont prêtes à lui rendre la monnaie de sa pièce.
Ma langue passe sur son extrémité en faisant la timide, puis la goûteuse et enfin l'affamée.

 

Il apprécie le traitement, son souffle s'accélère.

 Je l'avale complètement puis le relâche plusieurs fois de suite.

 Mes mains, ma langue, mes lèvres, ma bouche, mes seins, il a droit à tout.

 La variation des sensations le fait chavirer. Je crois que l'explosion est proche.

 

Il le sent aussi parce qu'il m'attrape d'un coup et me bascule dans une position qui lui permettra enfin de m'embrocher, de me pénétrer, de me traverser.

 

Heureusement il sait faire durer le plaisir et alterne des phases rapides avec des moments plus lents, des pénétrations profondes avec des frottages de mon point G. Un délice.

 

Il attrape mes jambes comme si c'était des compas et me tourne pour trouver un nouvel angle d'attaque. Ses coups de boutoir m'envoient au paradis.

 

Lorsque je sens son doigt s'immiscer dans ma grotte secrète, le plaisir s'amplifie encore et mes cris retentissent bien plus fort.

 

Il n'essaie pas de me faire taire mais au contraire, mes chants semblent l'exciter encore plus et le voilà prêt à partir.

 

"Viens, viens, viens..."

 

Et nous partons ensemble au septième ciel, là où ses cris rejoignent les miens.

 

Ah, voilà une belle chevauchée mon fier cavalier !

 

 

R CAVALIE FEMME SUR DIVAN ROUGE.jpg

 

Aucune réaction dans le voisinage. Personne n'a tapé aux murs pour réclamer le silence.

 

 

"Bon, cet appartement est pour moi. Je le prends.

 Donne moi le contrat et je signe.

 Merci mon bel agent immobilier."

 

 

divan rouge,appartement,visite,plaisirs,cris

 

 

 

 

 coussin.jpg

 

 

 

 

 

« Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs,
toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes
ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

 

 (photos internet : Emilie Charmy et R. Cavalie)