Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2013

Faut qu'on s'pénètre

J'ai d'abord lu les paroles. De Pascal Rinaldi. J'ai cru que c'était un poème.
J'ai cherché à en savoir plus et j'ai trouvé que c'était une chanson de 2006. Puis j'ai découvert ce clip.
Les paroles me parlent, vous vous en doutez.
Je sens aussi cette urgence, comme si j'allais mourir demain.

 

pieds, couple, serrés

 

Il faut qu’on s’frôle, il faut qu’on s’touche
Qu’on se mette la langue dans la bouche
Faut qu’on s’emboîte, faut qu’on s’empile
La vie ne tient qu’à un fil
...
Faut qu’on s’mélange, faut qu’on s’emmêle
Qu’on s’enroule comme des ficelles
Faut plus qu’on s’quitte, faut plus qu’on s’lâche
La vie ça a d’ces coups d’cravache

Il faut qu’on s’colle, y faut qu’on s’serre
Peau contre peau, chair contre chair
Faut qu’on s’pénètre, faut qu’on s’incruste
La vie parfois, elle est pas juste

Faut qu’on s’mélange, qu’on s’agglutine
Qu’on s’échange nos hémoglobines
Faut plus qu’on s’lâche, faut plus qu’on s’quitte
La mort viendra bien assez vite

Il faut qu’on s’aime, il faut s’le dire

Qu’on s’donne toutes les nuits du plaisir
Faut qu’on s’ajuste, faut qu’on s’accorde
Y a tant de désirs qui débordent

Il faut qu’on s’palpe, y faut qu’on s’frotte
Qu’on s’roule des pelles jusqu’à la glotte
Il faut qu’on s’suce, y faut qu’on s’lèche
Avant que la vie nous assèche

Faut qu’on s’caresse, qu’on s’apprivoise
A quoi bon se chercher des noises ?
Faut qu’on s’bichonne, il faut qu’on s’soigne
Avant que la mort nous éloigne

Il faut le faire, il faut qu’on ose
La vie, c’est pas un bouquet d'roses
Faut qu’on s’incruste, faut qu’on s’pénètre
On va tous un jour disparaître

Il faut qu’on s’frôle, il faut qu’on s’touche
Qu’on se mette la langue dans la bouche
Faut qu’on s’emboîte, faut qu’on s’empile
La vie ne tient qu’à un fil

Faut qu’on s’mélange, faut qu’on s’emmêle
Qu’on s’enroule comme des ficelles
Faut plus qu’on s’quitte, faut plus qu’on s’lâche
La vie ça a d’ces coups d’cravache

Il faut qu’on s’colle, y faut qu’on s’serre
Peau contre peau, chair contre chair
Faut qu’on s’pénètre, faut qu’on s’incruste
La vie parfois, elle est pas juste

Faut qu’on s’mélange, qu’on s’agglutine
Qu’on s’échange nos hémoglobines
Faut plus qu’on s’lâche, faut plus qu’on s’quitte
Faut plus qu’on s’lâche, plus qu’on s’quitte