Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2013

Eroticopornographiquement

Pour vous faire patienter en attendant que j'ai le temps d'écrire un petit texte ciselé, voici pour vous distraire cette chanson d'Henri Tachan : Eroticopornographiquement

 

Eroticopornographiquement

Paroles et musique: Henri Tachan 

marquise

 

 

Eroticopornographiquement
Rien n'est plus honteux ni plus révoltant
Que votre morale en matière de baisouille
Votre: "viens ici que j'te surveille les couilles!"
On est des bêtes, vingt-dieux, qu'on se le dise,
Et pas des anges, des dieux ou des marquises,
Encore que les marquises ça se mignotte,
Ca s'fait en douce rigoler la pelote,
Et que les anges, ça se prend par les ailes,
Vite un p'tit coup entre deux arcs-en-ciel,
Et que les dieux mélangés aux déesses,
Laissent pas aux chiens leur portion de caresses.

 

 

1921_dortoir.jpgEroticopornographiquement
Au Moyen-Age on est assurément :
Dès qu'on parle de cul c'est la panique,
Regards sournois et sourires sardoniques,
On en cause même aux "Dossiers de l'Ecran",
Ce qui prouve bien qu'c'est pas pour les enfants,
Les enfants qui s'en foutent et qui se touchent,
Dans leurs dortoirs qui s'font du bouche à bouche,
Pendant que le curé sous sa soutane,
Tristement bande, en priant Saint Antoine
De lui pardonner ce péché mortel :
Imaginer la Vierge en jarretelles...

 

 

 
 

maison close, tarif de l'amourEroticopornographiquement
La liberté commence exactement
Par le droit de baiser comme on respire,
Tout seul, à deux, à douze ou même pire,
La liberté, on l'a mise en maison.
Faut se cacher pour trousser un jupon,
Honteusement comme si on assassine,
Au nom du Père, du Fils et d'la voisine,
Les religions, petite, ah quelle merde !
Ton pucelage, faut pas que tu le perdes
Avant le grand coup de queue légitime
Dans ta pauvre chatte qui sent la naphtaline...

 

 
 

cinéma pornoEroticopornographiquement
On fornique à ma place sur les écrans,
Dans les bouquins, les revues, les digests
Y a les trente-deux positions et le reste,
Crénom, c'est comme si j'allais au restau
Et qu'on m'apporte une jolie tête de veau
Que d'autres hument et dégustent et consomment,
Je m'sentirais un peu frusté en somme,
Moi si j'me paye le cinéma porno
Je veux qu'on m'offre en légitime cadeau
Une p'tite gâterie, une fantaisie intime,
Bref qu'à la fin du film on me termine...

 
 
(photos internet)
 
 

16:18 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (14)

Commentaires

Je ne connaissais pas. Je regrette de n'avoir pas connu ce texte avant car il est la meilleure réponse que j'aurais pu faire un jour à quelqu'une.

Écrit par : Cristophe | 25/01/2013

J'ai le morceau enregistré sur mon mon ipod mais je ne l'ai pas trouvé sur le net. As-tu eu plus de chance que moi ? L'as-tu entendu ?

Écrit par : Aurélie'S LAND | 26/01/2013

La liberté de baisouiller au travers les âges était simplement fonction de la classe sociale de celui qui la pratiquait. Fornication bestiale pour le peuple et libertinage pour l'aristocratie. Il en va de même pour l'homosexualité. Sodomie punie de mort pour le peuple "petit défaut" pour les "mignons" des Valois. Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de la cour....

Écrit par : Jeanmi | 25/01/2013

Oui, c'est exactement ça !
Bien résumé Jeanmi.

Écrit par : Aurélie'S LAND | 26/01/2013

"Dans ta pauvre chatte qui sent la naphtaline..."Rooôôooo :(

Sacrée Aurélie !
Besos ♥

Écrit par : Jack le Pirate | 25/01/2013

T'es bien d'accord avec moi non, c'est fait pour servir cette petite chose là !
Quel dommage de la laisser inutilisée... Surtout que ça ne s'use pas...
Besos Pirate

Écrit par : Aurélie'S LAND | 26/01/2013

Coucou. Comme d'habitude, un texte bien choisi pour sa légèreté d'apparence, son humour, mais aussi son fond.

Tu nous la trouves, cette version mp3, alors ? :)

Biz.

Écrit par : Velineros | 26/01/2013

Coucou. Hélas non je n'ai pas trouvé de version mp3.
Désolée. Biz

Écrit par : Aurélie'S LAND | 03/02/2013

Les époques changent, les moeurs aussi! Ce qui était interdit hier,est permis aujourd'hui.
Je plains ceux et celles qui ont vécu dans le passé...d'ailleurs, il n'y avait même internet! Et quoi encore, que je me rappelle?

Écrit par : bizak | 26/01/2013

Tu me fais rire Bizak ! Tu n'es pas si vieux.
L'important c'est de vivre pleinement le moment présent.
Bises à toi

Écrit par : Aurélie'S LAND | 03/02/2013

Bonsoir Aurélie ! Un texte poético-érotico-réaliste ! hélas oui, la religion (que dis je, les religions )considèrent toujours la pratique sexuelle comme unique source de reproduction et non de plaisir(principe religieux à la con , point de plaisir que ce soit le plaisir de la chair, la gourmandise et le farniente ...bougre d'andouilles !!)
"Pendant que le curé sous sa soutane,
Tristement bande, en priant Saint Antoine
De lui pardonner ce péché mortel :
Imaginer la Vierge en jarretelles"
Tout est dit ! Tiens au fait , on dit la vierge ...alors que bon, elle l'a pas eu autrement que comme tout l'monde son p'tit Jésus ! Encore une belle idée de "pureté à la con"

Qu'est cequ'on vivrait mieux sans curés , imams et rabbins !

Écrit par : jerry ox | 04/02/2013

Eh oui, ces siècles d'interdits ont créés bien des traumatismes, des frustrations...
Vive la liberté, l'amour libre et le plaisir !

Écrit par : Aurélie'S LAND | 05/02/2013

tout est dit dans ta dernière phrase : "vive la liberté, l'amour libre et le plaisir !".
et d'Henri Tachan, je retiendrai "le droit de baiser comme on respire".
y a que ça de vrai, le reste on s'en fout, des bien-pensants, des bien-disants, des dicteurs de conscience, bref, de tous ces mal-baisés qui voudraient régir notre vie.
bises éroticopornographiques, mon chou ;o)

Écrit par : Philémon | 08/02/2013

Je veux bien tester tes bises éroticopornographiques, mon chou !

Écrit par : Aurélie'S LAND | 09/02/2013

Les commentaires sont fermés.