Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2011

Rencontre grecque

en musique : C'est un beau roman, c'est une belle histoire de Michel Fugain.

 

L'été. Je suis en vacances au soleil. Avec ma copine Elisabeth.

Nous avons une vingtaine d'années. La peau hâlée par des église, grèceheures en plein air sur les routes grecques.

Pas de mec(s).
Des pierres, des vieilles pierres. Des pierres grecques oui mais pas de mecs.

Et sur nos pas, des rencontres, des routards comme nous, des couples, des petits groupes. On a tendance à se rassembler la nuit tombée pour dormir ensemble. Parce que 2 filles seules la nuit, à dormir à la belle étoile, des fois, c'est pas très rassurant...

Un soir, en plein Péloponnèse, nous nous retrouvons une dizaine dans le même estaminet à déguster quelques spécialités locales.

restaurant, grèce

Eric est assis en face de moi, avec Brunhilde, une allemande blondasse et maigrichonne qu'il a rencontré depuis quelques jours. Elle était venue de Stuttgart avec quelques amis et il l'a convaincue de les abandonner pour le suivre. Elle ne la lâche pas, l'enlace, lui tient la main, l'embrasse.
Devant mes yeux. Et moi je suis seule. Et en manque. Ils m'énervent ces deux là à se relécher devant moi !

Tout d'un coup je sens le pied d'Eric, nu sous la table, qui se pose sur mon pied, nu aussi, et s'élance à l'assaut de ma jambe et monte, monte. Je le regarde, étonnée. Il me gratifie de son plus beau sourire et d'un clin d'oeil.
Sa copine ne maîtrise pas le français. Il me fait comprendre qu'il passerait bien un moment torride avec moi.
Envie d'une brune pour changer de ta bondasse teutonne ?

Son pied est arrivé à mon entrejambe et ne cesse de s'activer.

Ah mais tu as fini de m'exciter toi ? Ca se voit tant que ça que je suis en manque ?

Je me tortille sur ma chaise, ne sachant quelle contenance prendre. Surtout quand je dois répondre aux questions des autres. Je dois faire un effort pour maîtriser ma voix et en même temps la situation me fait rire. Quel culot il a ce mec ! Mais diable comme ça fait du bien !

Le repas est bien arrosé d'Ouzo et les langues se délient, les rires fusent.

Nous repartons dans la nuit sans étoile pour regagner le coin où nous avions décidé de dormir, une terrasse d'un resto fermé, un eden au milieu de nulle part. Rien tout autour. Une sorte de désert, qui ne vit que la journée, avec les hordes de touristes.

Sur le sentier, sans aucune lumière, nous nous tenons par la main en riant, pour se soutenir et ne pas se perdre aussi, étourdis par cette soirée fortement arrosée.
Au détour d'un virage, je sens une main virile qui m'attrape, me sépare des mes camarades et m'emporte à l'écart.
C'est Eric qui est passé à l'attaque. Et je ne suis pas une place forte !

En un instant nous avons semé le groupe et j'entends Brunhilde qui crie son prénom... En vain.

couple, nuit, arbre

Mais déjà il m'a enlacée et m'embrasse dans l'obscurité pendant que ses mains, fébriles, parcourent avec passion mon corps brûlant. Mes bouts de seins pointent immédiatement, ma source coule tant et plus tellement mon plaisir est fort. Sa bouche est descendue d'un étage et dévore ma poitrine. Ma respiration s’accélère et je commence à pousser des petits cris de plaisir.

A tâtons, nous trouvons un petit espace dans les fourrés et la chevauchée commence rapidement pour le plus grand plaisir de chacun de nous. La situation rend la rencontre encore plus excitante. Et la jouissance est vite au rendez-vous.

nuit, herbe

Ah, il a calmé ma faim !
Et j'ai retrouvé mon sourire. Pour quelques jours.

Retourne à ton allemande, et merci pour ce divertissement sur la route des vacances !

Commentaires

Et le lendemain, un paysan grec maudira encore ces gens qui abandonnent n'importe où leurs préservatifs !

Écrit par : Cristophe | 30/09/2011

Mais non, ils sont bio dégradables !^^

Écrit par : Aurélie'S LAND | 01/10/2011

Alors là tu as bien fait d' importer, consommer sur place n' est pas recommandé par là bas:-)

Écrit par : orfeenix | 30/09/2011

Franchement, les autochtones ne me donnaient pas faim...

Écrit par : Aurélie'S LAND | 01/10/2011

Et tu n'as même pas pensé à la pauvre Elisabeth qui c'est retrouvée toute seule avec Brunhilde devenue histérique...

Écrit par : la rosée du matin | 30/09/2011

Franchement, il y a des moments où l'on ne pense pas aux détails d'intendance ! ^^
Mais ni Elisabeth ni Brunhilde n'étaient seules, nous étions une petite dizaine. Bon, d'accord il n'y avait qu'un seul mec et je ne vais pas regretter aujourd'hui qu'il m'ait choisie pour ce moment de folie. Après il a su trouver les mots (et les gestes) pour calmer sa teutonne... Et moi j'ai dormi comme un bébé, un sourire aux lèvres...

Écrit par : Aurélie'S LAND | 01/10/2011

Je ne sais pas comment tu fais pour rester constamment en alerte: dans les champs, sur un voilier, dans une voiture dans un parking! Sacrée bombe humaine, mais qui ne fait que du bien, celle-là! Je pourrais même dire: je voudrais qu'elle explose sur moi!

Écrit par : bizak | 01/10/2011

Eh bien que voilà une belle déclaration Bizak, j'en bégaie sur mon clavier, j'ai dû effacer des caractères apparus à tord au milieu de mes mots...
Me comparer à une bombe humaine, c'est une première ! Mais tu n'es pas loin de la vérité, en tout cas si j'en crois les dires de mon dernier amant. Il n'en revient encore pas et moi je m'amuse de voir ses réactions.
Je ne sais pas si je suis toujours en alerte. J'ai juste des envies à satisfaire. Et c'est cool !

Écrit par : Aurélie'S LAND | 01/10/2011

Bravo, j'aime les textes qui se répondent ^^
Et belle aventure, chanceuse !

Écrit par : Gonzaaague | 01/10/2011

Tu ne t'embêtes pas non plus toi !
Alors on se rencontre quand ? mdr

Écrit par : Aurélie'S LAND | 02/10/2011

J'ai vécu une telle histoire une nuit autour d'un feu de camp...
Je n'en garde pas un souvenir éblouissant, car au-delà de l'excitation du moment, l'acte en lui-même fut d'une banalité affligeante, malheureusement...
J'aurais mieux fait d'aller me promener en Grèce, je pense :D

Écrit par : Philémon | 03/10/2011

Ah, il ne peut pas y avoir tous les jours des 14 juillet !
Si tu m'avais rencontrée en Grèce, tu m'aurais emmenée dans les fourrés ? ^^

Écrit par : Aurélie'S LAND | 04/10/2011

Bien évidemment :D
Gourmandise et sensualité sont de très joyeux préliminaires...

Écrit par : Philémon | 04/10/2011

Ah bon, t'es du genre à emmener les jolies demoiselles dans les fourrés toi !
J'aime aussi les joyeux préliminaires, et encore plus ce qui se passe ensuite...

Écrit par : Aurélie'S LAND | 04/10/2011

Très bon pour cet information. Des pneu pas cher grâce ABC-pneus

Écrit par : abc pneu | 22/10/2011

Bravo pour les fautes d'orthographe en prime !
Va faire ta pub ailleurs.

Écrit par : Aurélie'S LAND | 24/10/2011

Les commentaires sont fermés.